Pinnacles Desert

Publié le par Arthur


Vendredi 21 était férié, jour Saint inscrit dans le cadre du week-end de Pâques, donc week-end de quatre jours. Comme prévu on part à deux véhicules (Christian et Marie, accompagnés de leurs deux enfants dans un 4x4, Anthony et moi dans l'autre).

A 11h00 du matin on part donc en direction du nord, vers Cervantes qui se trouve à 150 kilomètres de Perth environ, à vol d'oiseau.

picnic.gif
Premier arrêt à l'occasion du pic-nic de midi, premières grandes étendues... avant de reprendre la route.



Objectif atteint, petit coup d'oeil vite fait à l'océan avant d'aller planter les tentes et de partir pour Pinnacles Desert.

ocean.jpg


Et voilà "Pinnacles Desert" :

 
















Pourquoi, comment etc... ?

Donc, nous sommes en bord d'Océan, où les plages sont sableuses. Le sable de plage est composé d'éléments de quartz (celui qui raye ton objectif, ton verre non traité de lunettes, ...) et d'éléments calcaires (calcite)
issus des coquillages.

Le vent provenant de la mer, pousse donc le sable vers les terres sous la forme de dunes mobiles. Une végétation se développe sur ces dernières formant ainsi progressivement une protection face au vent.





Les racines des végétaux augmentent l'acidité du sol et en surface, les éléments calcaires du sol sont dissous et précipitent ensuite à faible profondeur. Les plantes n'ont pas toujours raison du vent qui souffle, la dune s'érode jusqu'à ce niveau induré.





(Sur une de ces photos ci-dessus, on voit une sorte de rocher. De plus près on s'aperçoit qu'il s'agit d'une dune indurée, avec les successions de couches qui progradent sous l'effet du vent).




La pluie (légèrement acide)  dissout et précipite le calcaire qui cimente les grains de quartz entre eux. La couche supérieure indurée protège ainsi de l'érosion ce qui se trouve en-dessous  à l'image de la coquille de Calimero* ou des demoiselles coi
ffées, également appelées cheminées de fées.

(Pour éviter les incompréhensions ou les questionnements : le calcaire est plus facilement dissout sous forme de grains issus de coquilles cassées que sous la forme précipitée, issus de la dissolution des grains issus de coquilles cassées... ;-).







Lorsque les végétaux meurent, leurs racines aussi. Le sable comble les trous de racines et les éléments de quartz cimentés par l'action de la pluie forment de véritables moulures de ces racines disparues. Le sol en est jonché.






Grosso-modo vous avez compris ?


 
Quand on marche pieds nus au sommet des dunes, on sent cette couche craquée sous le sable tout juste déposé par le vent. Et si on balaie du regard le sol, on peut y voir des cercles parfaits :

rond.gif

DEVINETTE :
D'après vous, comment se forment ces cercles ?

J'attends vos réponses dans les commentaires...

Les cercles : On les observe sur le flanc des monticules de sables en haut des dunes, seulement sur la partie située "sous le vent". La partie "au vent" est balayée par un vent régulier, alors que le flanc situé "sous le vent" est en turbulances (comme l'extrados d'une aile d'avion). Au centre des cercles, une radicelle desséchée qui tourne dans tous les sens en balayant le sable, le marquant ainsi de formes circulaires.

(J'ai bien aimé les traces de cannettes dans les commentaires, hahaha !)

Quand t'es dans le désert, tu rêves d'eau, donc ensuite on est allé se rafraîchir à la plage.








Ensuite, balade sur les rives d'un lac saumâtre où il y a des stromatolithes, premier végétal à avoir synthétisé l'oxygène à la surface de la Terre et qui comme par hasard correspond à l'apparition de la vie sur la planête, on devrait tous dire merci aux stromatolithes.

























Soit tu crois en Adam et Eve, soit tu respectes les stromatolithes en lisant le lien alloué à cette plante.  (Si Benoit XVI veut bien lâcher un commentaire à ce sujet....).

La prochaine fois j'y vais avec un appareil submersible, histoire de prendre en photo ceux qui sont sous l'eau, juste au moment où une bulle d'oxygène est relachée.



La fin de journée, normale, un couché de soleil qui laisse place à la lune, alors qu'une bonne partie de contrée prenait place dans le camping.




Please, help me !! :
Je ne sais pas quelle musique, chanson glisser sur cet article, si vous êtes inspirés, merci pour vos sugestsongs laissées dans les commentaires.... Une semaine à compter de la publication de l'article pour choisir parmis les propositions laissées dans vos commentaires... N'hésitez pas, je ne suis pas inspiré là

Bon ben voilà, c'est le morceau proposé par Christian qui est retenu. Horse With No Name d'America sera intégré au prochain article, car il est carrément pas mal...



* : Calimero est un mauvais exemple, car sa coquille est en calcite.







free music

Commenter cet article

freddy 10/02/2009 17:46

e.t c'est lui il est revenu lacher des gaz dans le sable

vial pierre 02/04/2008 20:04

C'est quand la réponse sur les "ronds dans le sable" ? Au fait, c'est peut-être comme pour les ronds dans l'eau, quelquechose qui est tombé dans le sable et qui a engendré une vaguelette de sable...pourquoi pas une goutte d'eau ?

john 31/03/2008 16:41

Les ronds, c'est la marque laissée par une voiture de minimoys bourré...le comble pour arthur !
et toujours pas de kangourou....

anne onyme 31/03/2008 01:16

pfou, ils sont nuls.... les ronds dans le sable, c'est tes gouttes de sueur qui sont tombées....
pour la musique, je verrais bien in dazed and confusion, led Zep. Ca va bien avec les formes bizarres des pinacles.
joli blog, bravo arthur.
christian

Barjo 30/03/2008 08:34

Sympa de suivre tes pas en terres australes, où, fruit du hasard, j'ai décidé ce mois-ci de partir m'installer un de ces quatre... Du coup merci pour cet aperçu.

Quant à la musique : Horse With No Name d'America ? ;-)

Une parfaite inconnue... ^^